LES RÊVERIES DE LA RÉSONANCE

 

INITIATION AU RITUEL VISHNOUITE

 

POÉSIE CHANTÉE DE L'INDE DU SUD

 

pour voix amplifiée,

coquillage et sons spatialisés.

et 54 initiés choisis parmi le public.

 

Avec Gautam MITRA, chanteur-acteur d'Inde du Sud.

 

COMMANDE D'ÉTAT /GMEM 1997

 

 

Les rêveries de la résonance           54’

 

 

 Commande d’Etat/Gmem, séjour de cinq mois en Inde du Sud

 et création au festival "Les Musiques 98", Chapelle de la Vieille Charité, Marseille.

 

 

 

 

image002

 

 

 

 

INITIATION AU RITUEL VISHNOUITE

DE PATRICK PORTELLA

 

POÉSIE CHANTÉE DE L'INDE DU SUD

 

pour voix amplifiée,

coquillage et sons spatialisés.

et 54 initiés choisis parmi le public.

 

Avec Gautam MITRA, chanteur-acteur d'Inde du Sud.

 

COMMANDE D'ÉTAT 1997

 

 

 

 

 

D'après le Tirrupavai d'Antal (12e s.), recueil de chants de dévotion de

l'Inde du sud en langue tamoule et illustrée de "commentaires perpétuels"

en sanskrit, tamoul, hindi, bengali, anglais et français.

 

Rosaire et nasalisation des syllabes-graines de l'alphabet sanskrit.

Les 54 "syllabes-graines", sons purs susceptibles de faire naître la déité

dans l'esprit de l'adepte.

Un simple coup d'oeil jeté peut semer des "graines" dans le coeur mental

du spectateur.

________________________________________________________

 

"accomplissant avec justesse le don d'offrandes pur des trois cercles

et autres rites préparatoires d'accumulation des collections,

puisse mon esprit être entièrement purifié"

_____________________

 

"puissent se concentrer dans la goutte de lumière indestructible,

 les vents et les sables"

 

 

 

 

CLÉS NUMEROLOGIQUES/SYMBOLIQUE DES NOMBRES

 

il y a les 108 Upanishads. C'est le nombre attribué à Vishnu, dieu védique.

 

Il y a les 54 minutes (108/2), durée totale du spectacle.

 

Il y a les 54 initiés (108/2) répartis en 3 cercles concentriques :

                * Le cercle de l'eau avec 27 initiés (108/4) dure 27 minutes,

                * Le cercle du sable avec 18 initiés (108/6) dure 18 minutes,

                * Le cercle de l'air avec 9 initiés (108/12) dure 9 minutes.

 

La fréquence fondamentale et omniprésente est de 540 hz

               

Il y a 54 coups de bol japonais d'une minute et d'une vibration de 540 hz (108 x 5) fréquence qui se situe entre do et do dièse.

 

Il y a dans le cycle de l'eau, 9 gouttes par minute,

Les gouttes sont de 27 types différents.

Il y a dans le cercle du sable, 9 grains par minute,

Les grains sont de 18 types différents.

Il y a dans le cercle de l'air, 9 souffles différents,

Les souffles son de 9 types différents.

 

Il y a les 6 traductions, commentaires perpétuels (108/6)

Il y a les 18 chants (108/6) regroupés en 6 groupes (108/18) de 3 chants (108/36)

 

Il y a 3 actes et 3 éléments eau-terre-air, il y a les 3 rotations rituelles de l'interprète (108/27)

 

Il y a les 54 nasalisations sur les lettres de l'alphabet sanskrit (108/2)

 

Il y a 2376 pulsations (108 x 22) pour une pulsation de 54 à la noire.

 

 

 

SYNOPSIS - ARGUMENT

 

L'orchestration

 

                - 540 hz. - La résonance primaire et fondamentale. Tout naît de cette fréquence. C'est l'essence de Vishnu. Elle est omniprésente, c'est la tonique. A chaque minute, cette fréquence est doublé par la même fréquence + 1 hz. Au bout de 27 mn, on obtient 540 + 27 hz. A partir de la 28ème mn, le décompte se fait dans l'autre sens, pour aboutir à la 54ème mn à l'unisson de 540 hz.

Dans la musique indienne, tout se construit à partir d'une tonique, élément de repère et base fondamentale de toute interprétation ou improvisation.

                                                              

                - Les 6 traductions simultanées - C'est un continuo qui est assimilé au jeu du tempura. Ces textes sont dits et accordés suivants la hauteur 540 hz. Ce sont des commentaires perpétuels, des lectures d'apaisement. Les voix sont doublées à 540 + 54 hz. Les langues sont le tamoul, le sanskrit, l'hindi, le bengali, l'anglais et le français.

 

                - Les quatre éléments - l'eau, la terre, l'air sont la base musicale, rythmique et mélodique du spectacle (référence au instruments violon, tabla). Le feu n'apparaît que dans la mise en scène (bougies, fleurs rouges)

 

"Vishnu est le Vent et le feu parce que conducteur des êtres sans mouvement, il est aussi l'Eau parce qu'il a le rôle de protecteur, il est la Terre parce qu'il est étendu." Veda - sloka 205-

 

                - La voix soliste - A chacun des 54 initiés correspond une divinité, ainsi qu'une des quarante neuf lettres de l'alphabet sanskrit, auxquelles viennent s'ajouter les 5 nasalisations de la lettre aum qui correspondent aux passage de cercle. L'interprète s'adresse directement à chacun des initiés, durant une minute, en interprétant une nasalisation de la lettre correspondante. La première lettre (a) est nasalisée. Elle s'adresse à l'initié installé à la porte Nord, sur le cercle extérieur. Les lettres suivantes seront interprétées suivant l'ordre inverse des aiguilles d'une montre. Le chemin suivi formera une spirale senestre, mouvement conchoïdal, symbole mythique de la conque sanka du rituel vishnouite.

 

Dans l'alphabet sanskrit, chaque lettre correspond à une divinité, une matière, un astre, une couleur, un sentiment.

 

La mise en scène

                Huit haut-parleurs forment un cercle de 10 m de diamètre. A l'intérieur de ce cercle, 54 initiés sont assis au sol sur des nattes, en 3 cercles concentriques :

                premier cercle : les 9 pétales de lotus rouges

                               deuxième cercle : les 18 doigts de lune

                                               troisième cercle : les 27 divinités, avatars de Vishnu.

 

Au point central de ce périmètre, l'acteur-chanteur. Il effectue les 3 rotations universelles et fondamentales de l'initiation. Le mouvement va du dehors vers le dedans.

 

Dans le théâtre populaire de rue "Jatra"  l'acteur s'installe sur la place publique du village et s'adresse aux spectateurs qui l'entourent.


 

Costume/maquillage

 

Un druti et une étoffe posée sur le haut du corps. Les tons sont pastels ocre doux. Les vêtements sont plissés à la façon Bengali, un maquillage relève l'intensité des yeux.

 

Le rosaire des lettres, les bougies, l'éclairage


Il est entouré de 54 veilleuses qu'il éteint peu à peu après la nasalisation de chaque lettre.

 

Dans tout sacrifice védique le feu est l'élément essentiel , il est le "véhicule de l'offrande" selon la formule de louis renou.

 

LA VOIX

L'interprète vocalise d'après les techniques utilisées dans la musique classique indienne et principalement d'après le mouvement Alap, sur un rythme très lent, qui introduit tout concert et qui permet aux interprètes d'annoncer le raga choisi. La particularité de la langue sanskrite, notamment l'utilisation de nombreux phonèmes différents à chaque lettre de l'alphabet donnera une plus grande variété de timbre.

 

 

rosace2 

 

 

SPACIALISATION DU SON SUR 8 PISTES

 

Tout tourne dans le sens inverse

des aiguilles d'une montre

 

1ére couche - La vibration fondamentale, le 540 hertz

La fréquence fondamentale illustrée par la résonance d'un bol japonais revient chaque minute. Elle correspond à l'emplacement géographique, elle est dans l'axe de l'initié interpellé. Durant une minute, Gautam est orientée, du moins son regard, vers une personne situé dans cet axe. Le son de ce bol sera émis dans la même direction. Il tournera et effectuera 27, 54, 81 ou 108 tours en une minute, pour redémarrer à nouveau un peu plus loin dans l'espace, dans l'axe du nouvel initié (à 13°333333)

 

2éme couche - la mesure du temps

Le rythme est de 54 à la noire. On utilise la goutte d'eau, le sable qui rebondit et le souffle. Ces sons brefs sont enregistrés à l'intérieur d'une conque et viennent marquer la pulsation. Ils tournent dans l'espace, régulièrement, en passant d'un h.p. à l'autre à chaque pulsation.

 

3éme couche - le commentaire perpétuel

Le Tirrupavai est commenté en 6 langues différentes.

Il y a 18 chants de 3 minutes chacun, ce qui donne 9 chants pour le cercle de l'eau, 6 chants pour le cercle du sable et 3 chants pour le cercle du souffle.

Ces voix montées sur une seule piste, sont spatialisées sur 8 h.p. Chaque chant est découpé en trois sections d'une minute chacun, et plus exactement de 54 secondes, plus 6 secondes de silence. Il tourne à la vitesse de 108 tours pour une durée de 54 secondes, ce qui donne 108 X 54 = 5832 tours. Si la vitesse n'est que de 54 tours, cela donne 54 X 54 = 2916 tours.

 

4éme couche - la parole

Les 54 nasalisations : elles sont en direct, dans la conque, avec une spatialisation corporelle. Elle permet un vrai travail "live" d'acteur/chanteur.

Où il est question du rosaire des syllabes-graines.

Et où, d'un simple coup d'oeil jeté, on peut semer ces graines dans le cœur mental du spectateur.

 

 

 

 

 

 

UN TEXTE TAMOUL DE TRADITION VISHNOUITE :

LE TIRRUPAVAI D'ANTAL (texte français)

 

Daté du IXe siècle, le texte de la poétesse Antal est un long poème, un recueil de 30 chants de dévotion vishnouite tamoule, parmi les textes les plus populaires du sud de l'Inde.

Interprété en langue tamoule, il est ponctué de six commentaires, dits commentaires perpétuels, en six langues distinctes : tamoul, sanskrit, bengali, hindi, anglais et français.

 

 

Source : Le TIRUPPAVAI D'ANTAL de Jean FILLOZAT - Publication de l'Institut Français d'Indologie- Pondichéry - 1972

 

 

 

 

HOMEPAGE