LE MASSACRE DES ELETOK

Théâtre Musical

pour quatre voix, conques marines et électronique

 

 

1.     Iweyai kore rane – longs les jours                                                                               5’24

2.     Sei rue hmenew – chez les deux femmes                                                                    4’41

3.     Ma sere ti lu yawe – arrêtez-vous, il faut attendre un peu                                             4’02

4.     Wegogo ne ya kore doku ni nubo – regarde et occupe-toi de ta chefferie                     4’12

5.     Etegoja wa-hnore-gu – pas d’aplomb mon intérieur va de travers                               4’52

6.     Pedidi hnore – leur intérieur est au sommet de la falaise                                            4’09

7.     Intermède                                                                                                                    2’18

8.     Kareninone lo – ils lèvent le coude en signe de refus                                                  3’56

9.     Taedengi lu yawe – ils répondent à l’appel                                                                  4’45

10.  Son ose roi-gu – c’est pour le bien que je le fais                                                         4’20

1.     Ci sibo gu-re-eat – ils demandent des morceaux de troupe de guerriers                      4’20

2.     Tice hmu lo yawe – ils arrachent et emportent le casse-tête                                        4’18

3.     Ho hna cile lo di – ils éloignent et rejettent le casse-tête                                             3’37

4.     Thu nengoc cihmug – c’est celui qui raconte des blagues aux femmes                      4’37

 

 

Collection effects input

Directeur de la collection : Raphael de Vivo

Prise de son Jérome Decque

Enregistrement réalisé au TNM La Criée, lors du Festival « les musiques 92 »

Réalisation studios gmem

www.gmem.org

 

eletokspectacle

 

 

                                                                  avec

 

                                                                  Sallahdyne KHATIR    

                                                                  Le Fils du Lézard

                                                                  voix, récitant

 

                                                                  Brigitte BALIAN          

                                                                  Ida (si thuba)

                                                                  voix, flûtes, percussions, conques marines

 

                                                                  Dominique BRAU         

                                                                  Moya(si hnacue)

                                                                  voix, flûtes, percussions,conques marines

 

                                                                  Daniel MARINELLI    

                                                                  Rabadridr(i)

                                                                  voix, flûtes, percussions, conques marines

 

                                                                  Sonja DICQUEMARE

                                                                  Scénographie

 

                                                                  Patrick PORTELLA     

                                                                  Composition, direction musicale


  

 

 

L'HISTOIRE...

 

Une convention Etat/Province des Iles m'a permis de travailler de juin à novembre 1990  à Maré, Iles Loyautés en Nouvelle-Calédonie. 

C'est durant ce séjour que j'ai préparé et construit ce théâtre musical à partir d'une épopée mythique chantée et dansée, Wahieku ni rabadridr(i), transcrite par le Père DUBOIS, missionnaire catholique pendant vingt-cinq ans sur l'île :

 

"Ile de Maré, Nouvelle-Calédonie, entre 1800 et 1840, des guerres tribales opposent les Eletok (têtes dirigeantes, chefs des grandes Tribus maîtresses du sol) aux tribus voisines de l'île.

Rabadridr(i), le narrateur raconte comment les Acakaze préparent la guerre et "palabrent" pour rallier les tribus.

L'organisation de la guerre fut plus longue que les combats eux-mêmes.

Les Eletok furent exterminés".

 

Traditionnellement, ce chant est scandé avec force, sur un rythme très rapide soutenu par des paquets de feuilles qu'on frappe, des sonnailles fixées aux mollets qu'on agite,... La danse joue, bien sûr, un rôle très important.

A l'inverse de ce climat guerrier, j'ai découvert aussi auprès de ce peuple kanak, et particulièrement chez Ora LAKOREDINE, une expression plus douce, empreinte de sérénité, de sagesse, ressentie jusque dans le Nengone, la langue de Maré.

C'est cet aspect là qui m'a séduit et j'ai abandonné de façon quasi instinctive la forme d'épopée guerrière pour ne garder que la parole et la mémoire retrouvée dans une apparence contemporaine.


 

...IMAGINAIRE

J'ai choisi de scinder le texte en 13 tableaux.

Chacun de ces tableaux est un diptyque :

1. Le texte est dit en Nengone et en français.

2. Le même texte est mis en forme musicale (chants et instruments).

Les instruments s'inspirent de ceux observés par les premiers navigateurs occidentaux dans les îles du pacifique : conques marines, flûtes nasales ou à faisceaux, huîtres entrechoquées, sifflets, trompes, etc...

Certains instruments étaient fabriqués occasionnellement (pour les fêtes et les divers rituels) avec des matériaux éphémères et en dehors de nos préoccupations de justesse conventionnelles.

Le diapason et les intervalles évoluent à chaque tableau, au gré de l'orchestration.

La bande magnétique est essentiellement composée d'éléments sonores (voix et instruments) qui seront utilisés sur scène. Ces sons auront été préalablement enregistrés en studio puis traités par des effets analogiques et numériques.

La bande, omniprésente comme la mémoire, sera diffusée et spatialisée durant toute la durée du spectacle.

  

 

... LES FAITS...

EN TREIZE TABLEAUX

 

  1.    LONGS LES JOURS

         Rabadridr(i), l'auteur du chant, demande d'abord aux auditeurs d'avoir   "pitié de lui qui fait le bien".

         Les choses peuvent changer. Celui dont on dit du mal pourra devenir d'un utile secours.        

 

  2. CHEZ LES DEUX FEMMES

         Kacahmi et Sipane vont en cachette préparer la guerre.

         Ils cherchent et choisissent les lieux de réunions secrètes.

         Ils rencontrent les deux femmes qui ont, dans une guerre précédente, permis par la ruse et la magie, la défaite d'une tribu rivale.

 

  3. ARRETEZ-VOUS UN PEU, IL FAUT ATTENDRE ENCORE

         Warawi et Hulego veulent attendre, prudence.

 

  4. OCCUPE-TOI DONC DE TA CHEFFERIE

         Cekol et Thureeat, vieux chefs, veulent calmer les esprits ("regarde et occupe-toi de ta chefferie") mais la plupart des Acakaze veulent la guerre.

 

  5. MON INTERIEUR VA DE TRAVERS

         Les Acakaze ne sont pas commode à gouverner. Ils sont comme une "nichée d'étoiles". Cette indiscipline bouleverse le narrateur Rabadridr(i).

 

  6. LEUR INTERIEUR EST AU SOMMET DE LA FALAISE

         Les gens de Wailaila et Wakenael doivent avoir un coeur élevé pour faire la guerre.

 

  7. ILS LEVENT LE COUDE EN SIGNE DE REFUS

         Watrenge et Hnalene, Takone et Wahnaca, Wahalcane, Bolone et les deux Cawidrone refusent de s'allier.                                               
 

  8. ILS REPONDENT A L'APPEL

         Bullango, les deux Hnaisilin, Wadra, hnagère, Warujo et Wadolo acceptent l'alliance.

         Wapon et Guacari sont ingrats : ils refusent la guerre après avoir accepté des présents.

 

  9. C'EST POUR LE BIEN QUE JE LE FAIS

         Salone dit : "n'écoutez pas les paroles de discorde".

 

10.  ILS DEMANDENT DES MORCEAUX DE TROUPE

      DE GUERRIERS

         Les chefs Gutacene Wavesi, Tadreul, Cani, Wahea, Topu, Dibawien et Wagocene acceptent la bataille.

         Les guerriers font comme l'arc-en-ciel, ils se poursuivent en rond et font voler la poussière.

                                                                       

11. ILS ARRACHENT ET EMPORTENT LE CASSE-TETE

         Les hommes sont fauchés par les casse-tête.

         Les hommes sont tête sur tête.

                                                                       

12. ILS ELOIGNENT ET REJETTENT LE CASSE-TETE

         Les vainqueurs rejettent les casse-tête.

         Les vainqueurs sont nommés.

         Quelles terres donnera-t-on aux vaincus survivants ?

 

13.    C'EST CELUI QUI RACONTE DES BLAGUES

      AUX DEUX FEMMES

         Les valeureux guerriers racontent leurs exploits. Par contre, Wamuyone montre des poissons picots. Peut-être est-il allé à la pêche durant les

combats ? Maintenant il raconte des blagues aux deux femmes.

 

 Le Massacre des Eletok : texte intégral

 

 HOMEPAGE